Beyond eucalyptus woodlots: what’s on the agroforestry menu for communities around Virunga?

Lire la version française ici: http://blog.worldagroforestry.org/index.php/2015/11/06/beyond-eucalyptus-woodlots-whats-on-the-agroforestry-menu-for-communities-around-virunga/#fr

It may have been the plight of mountain gorillas and their forest habitat that captured public imagination in the Oscar-award-nominated film on the Virunga National Park, but the endangered apes are just one small part of a much bigger threatened ecosystem. The fate of the precious biodiversity is intimately connected to the well being of the people who live around the park in east of the Democratic Republic of Congo (DRC). Fortunately, there are ways of conserving biodiversity at the same as improving local livelihoods and according to a new manual on agroforestry, they involve promoting tree diversity around the park.

The technical manual (in French the Guide technique d’agroforesterie pour la selection et la gestion des arbres au Nord-Kivu) helps people to select and manage trees in the area around the Park.

“The guide is the first work of its kind developed for the Province of North Kivu,” says Subira Bonhomme, co-author and a native of the Park. “The current recommendations cover a list of 120 species of trees, shrubs and vines, 78 of which are of native origin. They give options on how these species can be incorporated into agricultural production systems, pastures and forests, at low, medium and high altitudes.”

The technical guide is an essential tool for extension efforts promoting rural development and the protection of the environment or land, who are interested in promoting agroforestry in North Kivu province. It was developed by the World Agroforestry Centre (ICRAF) within the framework of the project “Forests and Climate Change Congo ” (FCCC) in partnership with CIFOR (Center for International Forestry Research) and the World Wildlife Fund (WWF) with funding from the European Union. The agroforestry part of the FCCC project is part of the CGIAR research programme on Forests, Trees and Agroforestry.

PRESENTAIOTN3

Field researcher acquiring local knowledge from farmers in Musienene (Lubero, North-Kivu).

The manual, which combines local and scientific knowledge, is the product of participatory work with farmers that identifes and provides guidelines on the various uses, ecological profiles and potential niches for integrating trees into farms and landscapes. A diverse set of practical agroforestry options are presented suitable for many different types of people from the indigenous Batwa, displaced from the park when it was created, to women struggling to make a profit from farming in the area that surrounds it. The agroforestry options not only promote diversity in the landscape and improve livelihoods, they also reduce pressure on tree resources inside the Park.

Protecting a biodiversity hotspot with tree diversity

Virunga National Park is a biodiversity hotspot, with such global importance that it has been named a UNESCO World Heritage site. It is very large, covering 790,000 ha, more than two-thirds the size of The Gambia in West Africa, and it encompasses a dazzling diversity of habitats ranging from swamps to steppes, snowfields to lava plains, savannas and volcanoes. Its universal value is unmatched by any other ecosystem in Africa.

But the Park and its diversity are under threat; conflict and poverty have led to massive deforestation around its borders and increasing amounts of illegal wood extraction inside its boundary.

For this reason, researchers from the World Agroforestry Centre (ICRAF) have been collaborating with development partners such as WWF and other local organizations to look at reforesting options for the landscapes around the national park. In this buffer area, tree-planting can play a key role in not only helping to protect forests inside the park but also by providing numerous direct benefits for people’s livelihoods and the environment.

By identifying best-fit agroforestry practices and encouraging a diversity of trees that match local conditions and needs, it aims to help communities around the Park achieve both production and conservation functions leading to improved and more resilient livelihoods and landscapes.

Picking up the pace of change

The project – and now its new agroforestry manual – pick up where earlier development efforts have left off.

Previously, projects tended to focus on a few well-known, exotic tree species grown in monocultures. Energy woodlots, largely based on fast-growing eucalypts, has been the most common options advocated to protect the park.

But in the North-Kivu province where politico-military conflicts persist, such tree plantations have also become the safest investment, increasingly replacing food and industrial crops as they offer quick returns because of their rapid growth and the huge local demand for timber and firewood and charcoal. While the expansion of woodlots has yielded economic benefits to some individuals,

Cultivated landscape near Mount Tshiaberium, Lubero, North-Kivu.

Cultivated landscape near Mount Tshiaberium, Lubero, North-Kivu.

mainly men, there is a growing concern that it is creating further competition for arable land, one of the major constraints faced by smallholders already squeezed between large and expanding cattle ranches.

While woodlots are effective in producing wood products to satisfy a voracious continental market for them, they also bring other risks. Compared with diverse agroforestry landscapes, monocultural woodlots have low environmental value. A larger tree diversity can restore ecosystem services by controlling erosion and restoring degraded land as well as improving livelihoods through the sale of a wide range of agroforestry products.

Many of the recommendations in the manual emerged from the learning and partnerships formed during the collaboration with WWF in the Lake Tanganyika Basin. In this work, ICRAF developed innovative tools by integrating local and scientific knowledge to promote tree diversity in the landscape, including the rediscovery of many native species, known locally but previously ignored by development efforts in South Kivu. Building on this experience, ICRAF now supports the EcoMakala project, by providing technical advice to WWF and their local partner community based organizations for diversifying tree-based interventions in North Kivu.

The new technical guide has been refined to meet the needs of local communities around Virunga National Park with the particpation of the communities themselves in studies that researchers undertook of local knowledge associated with trees. These highlighted knowledge gaps about many native species and their propagation, agroforestry management practices, and the potential to integrate trees on farm.

Participants were vociferous during local workshops held to identify these knowledge gaps. “This is the first participatory workshop involving scientists, farmers and technicians,” says Joseph Kana, technical agent for the local farmer association ONDE in Sake, Masisi. “The knowledge-sharing experience was rich. I was not aware there were so many important native species that we could promote.”

The guide also integrates the recommendations made by farmers, scientists and technical agents in the two technical workshops organized in Goma and Butembo in October and November 2014 for the development of agroforestry options in the region.

Because farmers’ needs are many and varied, it is important to involve farmers, both men and women, for different ethnic groups, in the selection of species. In this way, they have a choice of a broader variety of trees suited to different farm and landscape niches.

More options, more diversity, more resilience

The manual offers farmers a menu of options, which is critical if households are to meet their many, widely varying needs. It offers hands-on and practical advice on the different sets of trees that are best suited to a range of practices. This includes trees used as shade trees in coffee fields, shrubs for erosion control on steep slopes, high-value trees on field boundaries or a woodlot designed for beekeeping. It also provides information to fill key knowledge gaps identified by local stakeholders about how to collect, store and handle quality seeds from a wide range of important native trees. “This is of particular importance because access to planting material for a diversity of trees can be a major obstacle to agroforestry development,” says Emilie Smith Dumont, of ICRAF who is leading the FCCC agroforestry research around Virunga. “So building local capacity in seed production techniques is a precondition to diversify and meet the needs of various farmers.”

Greater diversity also provides options for a broader range of people, including those who are often socially marginalized, including women and indigenous peoples like melliferous trees and beekeeping for Batwa communities, fruit trees that can be integrated in different farm niches to benefit women.

The agroforestry practices described in the technical manual have immense potential to improve local living conditions through greater diversity, while allowing for the simultaneous production of environmental services and reducing the pressure on the Virunga National Park.

Gorilla family, Mikeno, Nyaragongo, North-Kivu.

Gorilla family, Mikeno, Nyaragongo, North-Kivu.

 

—————————————————

Related blogs

Read here about the options by context framework that ICRAF is developing to embed research within development practice. (One small change of words – a giant leap in effectiveness!)

Read here for more about the project. Outside a national park, agroforestry helping to save forests inside the park.

——————————————-

The technical guide was developed by the World Agroforestry Centre (ICRAF) within the framework of the project “Forests and Climate Change Congo ” (FCCC) in partnership with CIFOR (Center for International Forestry Research) and the World Wildlife Fund (WWF) with funding from the European Union.

The agroforestry part of the FCCC project is part of the CGIAR Research Programme on Forests, Trees and Agroforestry.

——————————————-


Au-delà des boisements d’eucalyptus: qu’y a-t-il au menu d’agroforesterie pour les communautés autour du parc des Virunga?

C’est le sort des gorilles de montagne et leur habitat forestier qui a capturé l’imagination du public dans le film sur le Parc National des Virunga, nominé aux Oscars, mais les grands singes en voie de disparition sont juste une petite partie d’un beaucoup plus vaste écosystème en péril. Le sort de sa précieuse biodiversité est intimement lié au bien-être des gens qui vivent autour du parc précisément à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Heureusement, il existe des approches qui permettent de conserver la biodiversité tout en améliorant les moyens de subsistance locaux et selon un nouveau manuel d’agroforesterie, ils impliquent de promouvoir la diversité des arbres autour du parc.

Le manuel technique (Guide technique de l’agroforesterie pour la sélection et la Gestion des arbres au Nord-Kivu) aide à sélectionner et gérer les arbres dans la zone du parc.

“Ce guide est le premier ouvrage de ce genre conçu pour la province du Nord-Kivu,” dit Subira Bonhomme, co-auteur et un natif de Vitshumbi dans le Parc. “Les recommandations actuelles comprennent une liste de 120 espèces d’arbres, arbustes et plantes grimpantes, dont 78 sont d’origine native. Elles offrent des options sur les différentes façons dont ces espèces peuvent être incorporés dans les systèmes de production agricoles, pâturages et forêts, à des altitudes basses, moyennes et hautes “.

Le guide technique est un outil fondamental pour les efforts de vulgarisation en faveur du développement rural, de la protection de l’environnement ou des ressources naturelles, en vue de promouvoir l’agroforesterie dans la province du Nord-Kivu. Il a été développé par le Centre mondial d’agroforesterie (ICRAF) dans le cadre du projet «Forêts et changement climatique Congo” (FCCC) mené par le CIFOR (Centre pour la Recherche Forestière Internationale) en collaboration avec le Fonds Mondial pour la Nature (WWF) sous financement de l’Union Européenne. La composante du projet FCCC concernant l’agroforesterie est inscrite dans le programme de recherche du CGIAR « Forêts, Arbres et Agroforesterie ».

-Un chercheur acquérant des connaissances locales des agriculteurs à Musienene (Lubero, Nord-Kivu).

Un chercheur acquérant des connaissances locales des agriculteurs à Musienene (Lubero, Nord-Kivu).

Ce manuel, conjuguant connaissances locales et scientifiques, est le produit d’un travail participatif avec les agriculteurs qui identifie et fournit des conseils sur les diverses utilisations, les profils écologiques et niches potentielles pour l’intégration des arbres dans les fermes et les paysages. Il présente des options de pratiques agroforestières adaptables aux besoins spécifiques d’un grands nombres d’usagers des terres depuis les autochtones de Batwa, déplacés lors de la création du parc, aux femmes qui s’éreintent à tirer un profit de l’agriculture. Les options agroforestières ne concernent pas uniquement la promotion de la diversité dans le paysage et l’amélioration des moyens de subsistance, mais elles cherchent aussi à réduire la pression sur les ressources forestières à l’intérieur du parc.

Protéger un haut lieu de la biodiversité en diversifiant les espèces d’arbre

Le Parc National des Virunga est un haut lieu de la biodiversité, d’une importance si grande qu’elle a été déclarée patrimoine mondial de l’UNESCO. Il est très vaste, couvrant 790 000 ha, plus des deux tiers de la taille de la Gambie en Afrique de l’Ouest, et il englobe une éblouissante diversité d’habitats constitué de marécages, de steppes, de champs de neige et plaines de lave, de savanes et de volcans. Sa valeur universelle n’est égalée par aucun autre écosystème en Afrique.

Mais le Parc et sa diversité sont en péril, les conflits et la pauvreté ont conduit à une déforestation massive autour de ses frontières et des quantités croissantes de bois sont illégalement extraites à l’intérieur du parc.

Pour cette raison, les chercheurs du Centre mondial en agroforesterie (ICRAF) ont collaboré avec le WWF et leurs associations partenaires œuvrant dans le reboisement autour du parc. Dans cette zone périphérique, la plantation d’arbres peut jouer un rôle clé, non seulement en contribuant à protéger les forêts dans le parc, mais aussi en fournissant de nombreux avantages directs aux communautés locales.

Il s’agit d’identifier les pratiques agroforestières les mieux adaptées et de promouvoir une diversité d’arbres en fonction des conditions et des besoins locaux, afin d’aider les communautés autour du Parc à atteindre le double objectif de production et de conservation environnementale tout en améliorant la qualité et la résilience des communautés et des paysages.

Accélérer le changement

Le projet – et désormais son nouveau manuel d’agroforesterie – prend le relai des précédents efforts de développement.

Auparavant, les projets portaient plutôt sur quelques espèces d’arbres exotiques connus et cultivés en monocultures. La création de parcelles boisées, essentiellement d’eucalyptus à croissance rapide, fut l’option la plus préconisée pour protéger le parc.

Par ailleurs, dans la province du Nord-Kivu où les conflits politico-militaires persistent, les plantations, le plus souvent dominées par les eucalyptus sont devenues l’investissement le plus sûr, car elles offrent des retours rapides en raison de la croissance rapide des arbres et de l’énorme demande locale de bois, de bois d’œuvre ou de chauffage et charbon de bois. Alors que l’expansion des parcelles boisées confère des avantages économiques à certains individus, surtout des hommes, on craint de plus en plus qu’elle ne renforce la concurrence pour les terres arables, qui est l’une des contraintes majeures rencontrées par les petits exploitants déjà pris en l’étau par l’expansion des pâturages et des fermes agropastorales.cultivated land

Si les parcelles boisées sont utiles à la production de produits du bois pour satisfaire un marché continental vorace, elles comportent aussi d’autres risques. Comparé avec des paysages agroforestiers variés, les parcelles boisées de monoculture ont une faible valeur environnementale. Accroître la diversité des arbres peut restaurer les services écosystémiques en contrôlant l’érosion et la restauration des terres dégradées ainsi que l’amélioration des moyens de subsistance à travers la vente d’une large gamme de produits agroforestiers.

Bon nombre des recommandations contenues dans le manuel sont issues de l’apprentissage et des partenariats formés en collaboration avec le WWF dans le cadre du projet de gestion intégrée du bassin du lac Tanganyika. Dans ce travail, l’ICRAF a développé des outils innovants en intégrant les connaissances locales et scientifiques afin de promouvoir la diversité des arbres dans le paysage, y compris la redécouverte de nombreuses espèces natives, connues localement, mais jusque-là ignorées dans les efforts de développement dans le Sud-Kivu. Fort de cette expérience, l’ICRAF appuie désormais le projet EcoMakala, en fournissant des conseils techniques à WWF et leurs organisations communautaires locales partenaires pour diversifier les interventions de reboisement dans le Nord Kivu.

Le nouveau guide technique a été affiné afin de répondre aux besoins des communautés locales autour du parc national des Virunga, avec la participation des communautés elles-mêmes dans les études que les chercheurs ont entrepris des savoirs locaux associés aux arbres. Celles-ci ont mis en évidence des lacunes dans nos connaissances sur de nombreuses espèces natives et leur propagation, dans les pratiques de gestion de l’agroforesterie et le potentiel pour intégrer les arbres à la ferme.

C’est avec un enthousiasme manifeste que les participants prirent part aux ateliers locaux tenus pour identifier ces lacunes. “Ceci est le premier atelier participatif impliquant des scientifiques, des agriculteurs et des techniciens», dit Joseph Kana, un agent technique pour l’association de fermier local ONDE à Sake, Masisi. “L’expérience de partage des connaissances était riche. Je ne savais pas qu’il y avait tant de nombreuses espèces natives importantes que nous pourrions promouvoir “.

Le guide intègre également les recommandations formulées par les agriculteurs, les scientifiques et les agents techniques dans les deux ateliers techniques organisés à Goma et Butembo en Octobre et Novembre 2014 pour le développement d’options agroforestières dans la région.

Les besoins des agriculteurs sont nombreux et variés, aussi est-il important d’impliquer les agriculteurs des différents groupes ethniques, hommes et femmes, dans la sélection des espèces. De cette façon, ils ont le choix d’une plus grande variété d’arbres adaptés aux spécificités de chaque type d’exploitation et de paysage.

Plus d’options, plus de diversité, plus de résilience

Le manuel offre aux agriculteurs un éventail d’options, ce qui est essentiel pour que les ménages subviennent à des besoins multiples et variés. Il offre des conseils concrets et adaptés sur les différentes combinaisons d’arbres qui conviennent le mieux à une gamme de pratiques. Cela inclut des arbres utilisés pour l’ombrage dans les champs de café, des arbustes pour le contrôle de l’érosion sur les pentes raides, les espèces à forte valeur sur les limites du terrain ou une parcelle boisée conçue pour l’apiculture. Il fournit également des informations permettant de compenser les manques de connaissance clés identifiés par les acteurs locaux sur la collecte, le stockage et la gestion des semences de qualité à partir d’une large gamme d’arbres natifs. “Ceci est d’une importance particulière parce que l’accès au matériel de plantation pour une diversité d’arbres peut être un obstacle majeur au développement de l’agroforesterie», dit Emilie Smith Dumont, de l’ICRAF qui dirige la recherche en agroforesterie FCCC autour des Virunga. “Donc, le renforcement des capacités locales dans les techniques de production de semences est une condition préalable pour la diversification et pour satisfaire les besoins des différents agriculteurs.”

Une plus grande diversité fournit également des options à un plus large éventail de personnes, y compris ceux qui sont souvent socialement marginalisés, comme les femmes et les peuples autochtones : arbres mellifères et apiculture pour les communautés Batwa, ou arbres fruitiers pouvant être intégrés au bénéfice des femmes dans diverses niches d’exploitation agricole.

Les pratiques agroforestières décrites dans le manuel technique ont un immense potentiel d’amélioration des conditions de vie des populations locales à travers une plus grande diversité, tout en permettant à la fois de produire des services environnementaux et de réduire la pression sur le parc national des Virunga.

 

-Une famille de gorilles, Mikeno, Nyaragongo, Nord-Kivu

Une famille de gorilles, Mikeno, Nyaragongo, Nord-Kivu

A lire aussi :

http://blog.cifor.org/25586/de-lexterieur-lagroforesterie-aide-a-sauver-des-forets-a-linterieur-dun-parc-naturel?fnl=fr

 

 

Share

You may also like...